Le paraben et l'aluminium dans les produits cosmétiques

Le 02/05/2016 à 12h00 - Dossiers esthétique

Le public refuse le parabens dans leurs produits cosmétiques. Du coup, un grand nombre d’enseignes mettent en avant  la caractéristique « sans parabènes » de leur produit comme argument commercial. On trouve toutefois encore des marques qui  poursuivent l’intégration des parabens dans la formule de leurs produits, convaincues que les études scientifiques n’ont pas réussi à démontrer leur toxicité. A la différence du paraben, le caractère néfaste du sel d’aluminium fait l’unanimité.

Le paraben
Les Parabens ou Parabènes constituent une famille de conservateurs particulièrement sollicité par les fabricants de produits cosmétiques industriels. La raison en est que les parabens sont efficaces pour éliminer les champignons et un grand nombre de bactéries. Dans le milieu cosmétique, les parabens ont succédé aux formaldéhydes après qu’il fut démontré par la communauté scientifique qu’ils sont dangereux pour la santé. Ceci dit, les parabens seraient  allergisant et pourraient entraîner l’apparition d’allergies de contact. Ainsi, leur intégration dans les produits cosmétiques doit se faire dans le respect des dispositions d’une directive de 1976. Le scandale sur les parabens est apparu après la publication en janvier 2004 d’une étude réalisée par le Professeur Philipa Varbre, de l’Université de Reading. Les conclusions de cette étude ont été dévoilées dans le Journal of Applied Toxicology. Elles démontraient que le parabens peut favoriser l’apparition d’un cancer du sein. Et ce n’est pas sans rappeler une étude chinoise qui a établi un lien entre les parabens et l’absence de la fertilité chez les hommes. Toutefois, Gérard Redziniak, président de la Société de Cosmétologie, apporte une précision en faisant savoir que ces études portent sur l’utilisation d’une quantité de parabens 2500 fois plus élevée que celles employée par les cosmétologues lors de l’élaboration des produits. Les conclusions de ces études ne peuvent donc pas être validées. On notera également que les cosmétiques bio, lesquels ne contiennent jamais de parabène, peuvent également présenter des risques allergiques. Ceci est dû à la présence dans leur composition d’alcool ainsi que  d’huiles essentielles qui font office de conservateurs. Et justement, les huiles essentielles affichent un haut pouvoir allergisant.

Les sels d'aluminium
Les sels d’aluminium sont surtout présents dans les déodorants « anti-transpirants » en raison de leur faculté à réduire le diamètre des pores et à exercer une action antibactérienne. Malheureusement, l’aluminium est toxique pour l’organisme humain. En octobre 2011, l'Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé (Afssaps) publie une évaluation portant sur les risques présentés par l'aluminium contenu dans les produits cosmétiques. Au terme de ce rapport, l’institution demande aux maisons cosmétiques de revoir à la baisse la proportion d’aluminium et de ses dérivés qu’elles incluent dans leurs produits (déodorants, démaquillants, crèmes solaires …etc.). Car d’après l’Afssaps, 18% des sels d’aluminium qui composent la formule d’un déodorant franchissent la barrière de la peau si cette dernière subit une irritation, suite par exemple à une épilation. L’agence s’est basée sur les recherches de deux scientifiques français, les docteurs Guillard et Pineau. Durant leurs études, ils ont réussi à comprendre pourquoi une femme qui applique un déodorant anti-transpirant depuis 4 années était en permanence exténuée. Ils ont découvert dans son organisme une quantité élevée d’aluminium. Il aura fallu de 8 mois pendant lesquels elle a cessé d’utiliser ce type de déodorant pour que le taux d’aluminium dans son corps baisse drastiquement.